La 11ème circonscription de la Gironde "Pays Gabaye"

Le Pays Gabay ou Gabaï recouvre entièrement la 11ème circonscription des limites Saintongeaises du département de la Charente à celles du Périgord au Nord de Libourne. De l'Estuaire et Pleine-Selve à Saint-Seurin sur l'Isle en suivant la rive Nord de la Gironde, puis de la Dordogne jusqu'à Saint-André de Cubzac.

Les territoires en sont variés, Marais de Saint-Ciers, coteaux argile-calcaire de Blaye, Bourg, Saint-André, landes sablonneuses du Marensin, des terres favorables à la culture maraîchère, et celles de la vigne.

 

Plus de 125 000 habitants vivent dans ce Pays Gabaï, organisé autour des "pôles" de Blaye, Coutras, et surtout Saint-André de Cubzac. La population du Cubzacais augmente rapidement par l'installation de jeunes couples et petits salaires, qui peuvent construire ou acquérir là un logement devenu trop cher à Bordeaux.

 

L'article économique principale est donc immobilière. La construction de pavillons consomme nombre d'hectares agricoles dans les communes autour de Saint-André, de Cavignac à Saint-Savin et Bourg.

 

L'activité des artisans du bâtiment a pu se développer, sans compenser pour autant la disparition impressionnante des emplois industriels et commerciaux. Ainsi nous pouvons écrire que le pôle Coutras-Guîtres-Saint-Denis de Pile qui regroupe plus de 20 000 habitants est réellement sinistré et en voie de sous-développement économique et social. Plus de la moitié de la population de ces villes est socialement assistée.

L'actualité viticole, dont les Côtes de Bourg et de Blaye ont obtenu une reconnaissance mondiale masque la triste réalité de la disparition des petits commerces et du chômage dans les autres territoires de Blaye et de Saint-André.

 

Seule la Centrale de Braud et Saint-Louis apporte au Blayais des emplois industriels correctement rémunérés et en nombre intéressant. Le marais est donc condamné à l'activité nucléaire pour de longues années.

 

Le pays Gabaï a ainsi sa langue et une culture rurale intéressante, car ce pays très romanisé a ensuite reçu des populations diverses Saintongeaises, de la France du Nord et de l'Auvergne.

 

Dès lors le parlé Gabay est un patois Saintongeais-Poitevin enrichi d'expressions occitanes du Sud, et de mots d'origine saxonne ou anglaise. Le pays Gabay est une terre de rencontre formé à une époque où la Gironde constituait une fracture de civilisation. Les pays médocain et landais étaient alors hostiles et la route même de l'Espagne passait par Bordeaux, Bazas-Roquefort et Pau.

 

Le parlé "Gabaï" se perd de plus en plus, étant peu pratiqué par de vieux viticulteurs, éleveurs paysans de Haute-Gironde.

 

Politiquement, la circonscription a toujours voté à Gauche et ses représentants au Parlement et au Conseil Général sont membre du P.S. La Députation de Gauche n'a connu qu'un intermède, celle de Mr Picotin (UDF) de 1993 à 1997,

Georges Giacomotto

La répartition politique des maires et des élus communaux est beaucoup plus variée, avec de nombreux Divers Droites et Sans-Etiquettes, la majorité n'étant pas franchement de Gauche.

 

La loi Notre, va modifier fortement mais sans logique, l'organisation de la 11ème Circonscription.

 

Plusieurs cantons disparaissant : Bourg, Saint-Savin,  le vignoble des Côtes de Bourg est coupé absurdement entre Blaye et Saint-André.

 

La vie sociale et politique du Pays Gabaï devra s'accélérer maintenant pour éviter sa transformation en zone dortoir de la Gironde. Les Gabayais ont tous les arguments et toutes les raisons de reprendre leur destin en main et nous voulons les y aider.